Pourquoi ouvrir un mur porteur ?

Commençons par déterminer ce qui peut pousser un propriétaire à percer voire abattre, un mur qui n’avait pas vocation à l’être. Plusieurs raisons à cela :

  • l’agencement du logement ne correspond plus aux attentes des occupants, et la disparition de tout ou partie d’un mur porteur sert alors à agrandir certaines pièces, de vie le plus souvent ;
  • il peut également, dans le même esprit, être question d’améliorer la circulation au sein du logement, par la création d’une porte dans un mur porteur par exemple ;
  • la recomposition de l’espace intérieur peut également viser à gagner en luminosité, en abattant un mur intérieur faisant obstacle à la lumière, ou en perçant un mur de façade afin d’y installer une nouvelle fenêtre ou une baie vitrée ;
  • l’ouverture de la cuisine sur le séjour, qui n’est pas automatique dans les constructions anciennes. Les sensibles aux odeurs peuvent alors bénéficier de l’impression d’espace tout en conservant un espace clos grâce à l’installation d’une verrière en lieu et place du mur porteur ;
  • une ouverture plus réduite est parfois de mise, en vue de créer un passe-plats par exemple, ou pour le passage de câbles électriques ou de tuyaux de plomberie.

Un projet d’ouverture de mur porteur nécessitera dans tous les cas une réflexion quant à la finalité, au type de mur à percer et à la taille de l’ouverture à créer.

Les différents types de murs porteurs

Un mur dit « porteur » supporte la charpente et la structure des planchers d’un bâtiment, qu’il s’agisse d’un immeuble ou d’une maison. Il peut être constitué de béton cellulaire, de briques, de parpaings, de pierre, ou même de bois. Il se distingue d’une cloison intérieure essentiellement par son épaisseur, qui sera un indice pour le reconnaître. Le son émis au contact et sa position au sein de la construction constituent également des indices fiables. Si vous avez un doute, faire appel à un professionnel pour vous assurer du type de mur auquel vous avez affaire est indispensable.

Il existe par ailleurs plusieurs sortes de murs porteurs, pour lesquels l’intervention à mener pourra différer quelque peu :

  • les murs de soubassement, érigés sur les fondations pour soutenir les murs de façade et les murs de refend ;
  • les murs de façade, qui entourent le bâtiment et parmi lesquels on compte les murs de pignon, sans ouverture et dont le rôle est de soutenir la toiture ;
  • les murs de refend, situés à l’intérieur de l’habitation, qui contribuent à la solidité du bâtiment et divisent l’espace intérieur.

Quelles obligations légales pour ouvrir un mur porteur ?

Aucune, si vous vivez en maison individuelle. La loi vous laisse libre de réaliser votre projet comme vous le souhaitez, à vos risques et périls si vous compromettez la solidité de votre habitation. Il vous sera cependant demandé de réaliser une déclaration préalable de travaux si l’ouverture créée modifie l’aspect de la façade.

Si votre logement est sis au sein d’une copropriété, il vous sera nécessaire d’obtenir l’accord de l’assemblée générale de copropriété, grâce à un vote. Vous devrez alors être en mesure de présenter une étude de faisabilité et des plans d’architecte, des plans d’exécution émanant d’un bureau d’études techniques, une attestation prouvant que l’entreprise réalisant les travaux a bien souscrit une assurance décennale, ainsi que le devis lié au projet.

Dans tous les cas, il est judicieux de s’adjoindre les services d’un professionnel reconnu, apte à définir la meilleure manière de réaliser l’ouverture du mur porteur en toute sécurité, à fournir un accompagnement complet pour réaliser les différentes démarches et à garantir le résultat voulu.

Comment ouvrir un mur porteur ?

Pour la réalisation de l’ouverture – comme pour le coût induit sur lequel nous reviendrons – diverses données vont changer la donne, parfois de manière importante. Avant de procéder, il vous faudra :

  • déterminer la composition du mur ;
  • calculer la charge pesant sur lui ;
  • décider de la dimension maximale de l’ouverture qu’il convient de percer ;
  • vérifier les points d’appui au sol ;
  • choisir les éléments de soutien, provisoires et définitifs.

En clair, il est indispensable de procéder à une étude de faisabilité complète, comprenant des calculs précis et détaillés. Un mur porteur supportant en permanence une charge importante, la sécurité impose de fournir un support provisoire de substitution adéquat pendant la modification de la structure du mur, et de vous assurer que l’ensemble fini puisse supporter la même charge qu’auparavant.

Une fois assuré du bon process à mettre en place, vous pourrez :

  • préparer la pièce, en protégeant les éventuels meubles de la poussière et en isolant au maximum l’emplacement du chantier ;
  • préparer le mur également, en retirant les plinthes notamment ;
  • percer les trous nécessaires à l’installation du support de substitution, généralement des bastaings soutenus par des étais de chaque côté du mur;
  • installer le linteau, scellé avec du béton qu’il faudra laisser sécher quelques jours ;
  • ouvrir le mur enfin, grâce aux outils adaptés aux matériaux présents.

L’idéal sera de procéder à la découpe du contour avant d’abattre la partie devant disparaître. En matière de bons réflexes, vous pourrez disposer des bâches au sol pour faciliter l’extraction des gravats, protéger le sol sous les étais à l’aide de planches de bois, et vérifier régulièrement le bon positionnement des étais, quitte à procéder à un réglage si nécessaire.

Le budget à prévoir

Le coût de la réalisation de l’ouverture variera fortement en fonction de diverses considérations :
  • la composition du mur, susceptible de complexifier le travail de l’entreprise ou d’accroître le temps nécessaire à son perçage ;
  • la taille du mur ;
  • les protections à placer, et notamment la pose d’un IPN, poutre à profil normalisé dont le coût peut dépasser les 1 000 € ;
  • les difficultés diverses, qu’elles soient liées à l’encombrement, l’accès au chantier, etc.

On estime généralement qu’une enveloppe comprise entre 3 000€ et 10 000 € est à prévoir. Le prix peut parfois varier en fonction de la région dans laquelle vous vous trouvez : n’hésitez pas à solliciter au moins un devis auprès d’une société quelque peu distante.

Pour vous fournir quelques repères, le prix d’une étude de faisabilité oscille entre 700 € et 1 500 € et le plan d’établissement des travaux pourra vous coûter 200 € supplémentaires. Le reste de l’enveloppe est dédié aux travaux, en distinguant :

  • une ouverture de type porte ou passe-plat, n’excédant souvent pas 2000 € ;
  • l’installation d’un portique plus large, dont le montant devisé peut être compris entre 2 500 € et 6 000 € ;
  • la démolition complète d’un mur, occasionnant une dépense de 2 500 € à 7 000 €.

Pourquoi réaliser ses travaux soi-même est une fausse bonne idée ?

Vous l’avez compris : ouvrir un mur porteur est un projet bien différent de l’abattement d’une simple cloison intérieure, et peu de personnes sont à même de déterminer quelle installation sera nécessaire au maintien en sécurité du bâti et des habitants. Laisser agir un professionnel du bâtiment permet tout à la fois d’éviter les impairs dont les conséquences peuvent s’avérer dramatiques, de se décharger d’un travail d’une forte pénibilité physique, et de bénéficier d’une garantie décennale sur la réalisation. De la fissure à l’affaissement de la construction, vous regretterez assurément de ne pas avoir confié votre ouverture de mur porteur à un artisan du bâtiment en cas de pépin immédiat ou ultérieur. Un risque qu’il vaut mieux ne pas courir, pour ce type de travaux !

Le rôle du professionnel du bâtiment susceptible de vous aider doit idéalement comprendre un accompagnement complet, de la bonne conception du projet à réaliser aux dernières finitions après ouverture du mur. Assurez-vous absolument que l’entreprise, en parallèle de son action à proprement parler :

  • dispose d’un bureau d’études en interne ou sous-traite auprès d’une autre société, votre étude de faisabilité : les calculs de charge sont à réaliser avec la plus grande certitude possible et la solidité de la poutre ou du portique installé doit être garantie ;
  • à bien souscrit une assurance couvrant l’ensemble des risques que présente votre chantier. La facture relative aux travaux vous protègera alors efficacement.

L’intérêt de s’adjoindre les services d’un assistant à maîtrise d’ouvrage

Dans les faits et en l’absence de bonne connaissance du domaine, il est difficile de vérifier que tous les points d’attention sont correctement pris en compte. Pour avoir la certitude de parvenir au résultat voulu, il est utile d’inclure un tiers de confiance dans l’équation, en plus de la société

intervenante, qui pourra jouer le rôle de maître d’ouvrage à votre place.

Concrètement et qu’il soit architecte ou ingénieur travaux, ce tiers n’aura qu’un seul objectif en vue : votre satisfaction totale. A commencer par le conseil qu’il vous apportera sur la conception du projet, qui pourrait vous amener à modifier vos ambitions ou au contraire, à conforter vos vues.

Il pourra par ailleurs représenter une force certaine dans la gestion des relations avec les autres acteurs impliqués : les pouvoirs publics ou l’assemblée générale de copropriété si des autorisations sont à obtenir, ainsi qu’auprès des entreprises intervenantes, dont il pourra s’assurer de la qualité de la prestation envisagée et du tarif raisonnable présenté au devis. Au-delà de faire appel à un artisan capable de réaliser une ouverture de mur porteur, il est également question de trouver un artisan comprenant totalement vos attentes et décidé à fournir la meilleure prestation possible.

Les atouts d’Ayrakles pour vous assister de A à Z

La force d’Ayrakles, en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, est d’apporter un regard d’ingénieur sur votre projet, permettant de gagner en temps et en efficacité et ce, pour un budget totalement maîtrisé et bien moins coûteux que celui exigé par un architecte : il vous sera facturé un montant correspondant à 4,5% du budget global de travaux, au lieu de 10% en moyenne pour un architecte.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à réaliser une rapide estimation en ligne.

Faire appel à Ayrakles dès les prémices de la conception du projet, c’est choisir le meilleur tiers de confiance pour sécuriser votre projet et sélectionner les bons acteurs pour le réaliser, bureau d’études comme artisan. Une coordination et un suivi sont assurés jusqu’à votre pleine satisfaction, incluant la gestion des litiges au besoin.

Grâce aux compétences des équipes Ayrakles, vous aurez la certitude d’une validation professionnelle des propositions et décisions des autres entreprises, et de la bonne corrélation entre les intervenants.

Quelle durée de travaux prévoir ?

Pour terminer, précisons qu’ouvrir un mur porteur est un projet qui s’étale en général sur plusieurs mois, en fonction du contexte. Si une déclaration préalable de travaux est nécessaire, son délai d’instruction sera d’un mois environ. En copropriété, il faudra attendre la prochaine assemblée générale pour soumettre son projet au vote, ou déclencher une assemblée extraordinaire, susceptible d’accélérer le processus mais qui risque d’être facturée par le syndic de copropriété.

Convaincu ? Lancez-vous et faites nous part
de votre futur projet !