Travaux d’extension de la maison : comment s’y prendre ?

Notre habitation constitue généralement un cocon dans lequel nous nous sommes investis, que nous avons pris le temps d’aménager et de décorer à notre goût. Pour qu’elle puisse nous accompagner dans tous nos projets de vie sur le long terme, il reste possible de l’améliorer dans sa constitution même, par le biais d’une extension.

Procéder à des travaux d’extension est une tâche d’ampleur, qui doit être pensée minutieusement sous un grand nombre d’aspects. Forme, emplacement de la nouvelle construction, intégration à l’existant, impact des travaux sur la vie quotidienne, coût, etc. Un tel projet nécessite tout à la fois du recul pour le concevoir, une expertise technique pour en assurer la viabilité, et une enveloppe budgétaire souvent importante : la moindre erreur peut engendrer des conséquences délétères.

Pour bien réaliser vos travaux d’extension, il convient de procéder par étapes et de faire appels aux bons professionnels pour vous encadrer et assurer la réussite du projet. Voici les éléments que vous devriez avoir en tête avant de vous lancer.

Pourquoi procéder à des travaux d’extension ?

La réponse peut vous sembler évidente, pourtant la construction d’une extension pourra revêtir diverses formes, en fonction de vos objectifs réels. Construction en dur ou en semi-dur, emplacement de l’extension, taille, matériaux, isolation, etc. En vous interrogeant sur vos raisons, les véritables nécessités apparaîtront, qui aboutiront au bon dimensionnement du projet et donc, à un chiffrage plus juste dès son ébauche.

Les travaux d’extension répondent le plus souvent à ces objectifs :

Création d’un espace supplémentaire, pour agrandir l’espace habitable par le biais d’une pièce à la destination précise. Cela peut s’avérer nécessaire si votre famille s’agrandit, pour la création d’une chambre d’amis, d’un bureau à domicile, d’une salle de loisirs ou simplement d’un espace de vie plus spacieux.

Adaptation aux besoins changeants, si votre maison ne répond plus à vos besoins actuels en termes de style de vie. Une extension vous permet alors de personnaliser votre espace en fonction de vos préférences et de répondre à vos besoins spécifiques, que ce soit pour créer une cuisine plus grande, une deuxième salle de bain ou un espace de vie ouvert par l’adjonction d’une véranda donnant sur le jardin notamment.

Économiser par rapport à l’achat d’une nouvelle maison : dès lors que l’espace existant devient exigu, l’extension s’avère une alternative plus économique que l’achat d’une nouvelle propriété.

Augmenter la valeur de la propriété, à condition que l’extension soit bien conçue et s’harmonise au reste de l’habitation, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Une extension de la maison, sous quelle forme ?

La forme que revêtira l’extension dépendra du contexte propre de votre bien immobilier. Distinguez les extensions pouvant être bâties de plain-pied sur le terrain adjacent à la maison, de celles en surélévation.

Les premières sont plus simples à concevoir, mais impliquent de disposer d’un terrain de taille suffisante – et d’être prêt à en sacrifier une partie. Quant aux surélévations, elles sont plus contraignantes techniquement, en raison des calculs de charge précis à réaliser et bien souvent, des renforts à mettre en place.

Pour prendre une décision éclairée, faites appel à un ingénieur travaux, lequel sera à même d’imaginer les meilleures solutions tout en respectant le budget que vous lui indiquerez.

Le choix des matériaux : un impact direct sur les travaux d’extension !

Le coût et la durée des travaux d’extension d’une maison, pourront en partie dépendre des matériaux mis en œuvre. Certains sont plus pratiques à manipuler et à assembler, d’autres réduiront le budget nécessaire. En fonction des envies esthétiques et des impératifs architecturaux, il faudra arbitrer entre différentes possibilités, parfois à mixer entre elles.

Le bois

C’est un matériau à l’aspect chaleureux, solide et léger en plus d’être rapide à monter. Il ne nécessite aucun temps de séchage et peu d’entretien mais attention, sa teinte aura tendance à varier avec les années, sans un entretien régulier.

Le bois offre par ailleurs de bonnes performances thermiques et s’avère particulièrement écologique, pour un prix compétitif. Il est à recommander particulièrement lorsque l’extension s’appuie sur une structure existante, en raison de son faible poids.

Le parpaing

Permettant de monter des murs assez simplement également, le parpaing s’avèrera très solide et résistant aux intempéries comme au feu. En revanche, son poids important interdira le plus souvent de l’utiliser en étage et de plain-pied, des fondations solides seront nécessaires, ajoutant une ligne de coût au budget global.

Le parpaing permet à l’extension de se fondre dans l’esthétique du reste de la maison, en étant recouvert d’un enduit et peint à l’identique du reste de la façade – ou recouvert du même bardage. Cependant, peu isolant, il nécessitera l’installation d’une isolation performante en complément.

Le métal

Il offre un design plutôt moderne, et une armature solide lorsqu’il est réalisé en acier galvanisé. Le coût de réalisation est abordable, et la fabrication plutôt rapide : le métal s’avère un bon compromis et apporte une luminosité importante grâce aux vitrages.

Si l’entretien est facile et le respect de l’environnement au rendez-vous, la performance thermique en revanche, ne l’est pas. Le métal sera donc plus facilement utilisé pour une véranda ou autre pièce dont l’usage est réservé aux beaux jours.

La brique

A l’instar du parpaing, le mur de briques est rapide et simple à élever. Son prix compétitif et sa solidité durable en font un choix pertinent pour une extension en dur, qui demandera en outre un entretien quasi nul.

Pas plus isolante que le parpaing, la brique devra cependant être doublée d’une isolation performante, par l’intérieur ou l’extérieur si elle est ensuite recouverte d’un bardage bois ou composite. La brique alvéolaire peut toutefois éviter la formation de ponts thermiques.

Le verre

Installé au sein d’une structure en bois ou en métal, le verre procure une luminosité appréciable et constitue un pont visuel vers le jardin, avec un rendu en général chaleureux. La construction peut être isolée mais des variations de températures sont à prévoir en fonction de l’ensoleillement.

La structure, personnalisable à souhait, peut être installée de plain-pied (véranda) ou en hauteur. Si sa fragilité doit être considérée, son faible poids facilite les travaux d’extension.

Le béton cellulaire

Enfin, le béton cellulaire a l’avantage d’être aussi facile à monter que le parpaing, tout en offrant une isolation performante et un bon confort acoustique. Léger et écologique, il constitue certainement le bon choix de matériau pour une construction en dur, notamment en surélévation, si le budget quelque peu supérieur rentre dans votre enveloppe.

Les étapes à suivre pour des travaux d’extension efficaces

Venons-en à la liste des démarches que vous devriez effectuer pour lancer vos travaux d’extension, dans le bon ordre.

#1 Evaluer les besoins

Déterminez pourquoi vous souhaitez agrandir votre maison, que ce soit pour ajouter une chambre, créer un espace de vie supplémentaire, une cuisine plus grande, etc. Établissez un budget approximatif pour le projet, avec le concours d’un professionnel ingénieur travaux, voire architecte si vous n’avez pas d’idée précise de l’extension à réaliser.

#2 Etablir des plans précis

Toujours avec l’assistance d’un professionnel, il convient de penser l’extension dans toutes ses composantes : bâti bien sûr, mais également raccordement des fluides et intégration au bâti existant.

#3 Solliciter des devis

Pour trouver des professionnels de confiance, vous pouvez mener votre enquête auprès de la mairie, du voisinage, ou observer les avis sur Internet. Pour plus de sûreté, vous pouvez à nouveau vous tourner vers votre ingénieur travaux, qui a une parfaite connaissance de tous les professionnels de la région et pourra de plus, sélectionner ceux qui seront les mieux à même de réaliser le projet précis.

#4 Obtenir les autorisations de travaux

Selon l’ampleur du projet, il vous faudra déposer une déclaration préalable de travaux auprès du service urbanisme de votre mairie (réputée acceptée si la mairie ne s’y oppose pas sous 30 jours), ou procéder au dépôt d’un permis de construire, plus contraignant et qui doit faire l’objet d’un accord explicite des autorités.

#5 Lancer les travaux de construction

Une fois l’arbitrage tarifaire effectué et les autorisations obtenues, les travaux peuvent démarrer, et il convient de faire intervenir les entreprises dans le bon ordre, et avec une marge de manœuvre en cas de retard pris par l’une d’elle.

Assurez-vous de préparer le site pour accueillir les entreprises, généralement en retirant tout ce qui pourrait gêner leur action, comme des meubles voire dans certains cas, des éléments de bâti à abattre au préalable. Vous charger de cette partie peut réduire quelque peu la facture de l’artisan.

#6 Suivre les travaux et réceptionner l’ouvrage

Le suivi du chantier doit être minutieux, afin de s’assurer de la cohérence globale et de repérer immédiatement les possibles malfaçons, pour exiger des corrections. Cette partie est à confier à votre ingénieur travaux, qui sera également votre meilleur allié pour la réception finale du chantier, synonyme de début de la garantie applicable. Il vous restera ensuite à procéder aux finitions qui restent à votre charge, et à la décoration.

Des travaux d’extension de maison, combien ça coûte ?

Le coût des travaux d’extension de maison peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, tels que la taille de l’extension, le niveau de finition, la localisation géographique, les matériaux utilisés, la complexité du projet et la main-d’œuvre impliquée. Il est difficile de donner un chiffre précis, car chaque projet est unique, mais voici quelques éléments à prendre en compte pour estimer le coût :

La conception et la planification, indispensables à la bonne marche du projet. Dans ce cadre, un architecte et un ingénieur travaux doivent intervenir. Le premier pourra facturer des honoraires compris entre 8 et 10% du montant global des travaux, tandis que l’ingénieur travaux sera moins cher : 4 à 5%. Dans certains cas et si votre projet est déjà clairement établi, l’ingénieur seul peut suffire. Sa présence est d’ailleurs essentielle au suivi du chantier notamment.

Les coûts des travaux en tant que tel, qui varient en fonction de la forme du projet d’extension, du choix des matériaux, de la superficie à traiter, et du positionnement tarifaire des entreprises intervenantes. Le budget global inclut les couts de main-d’œuvre, celui de l’achat des matériaux de construction, et la réalisation des travaux proprement dits, incluant les fondations, les murs, les fenêtres, les portes, les finitions intérieures et extérieures, ainsi que les installations électriques et de plomberie.

Les autorisations et permis peuvent entraîner des frais, en fonction des réglementations locales et variables d’une région à l’autre.

Les raccordements si nécessaire, si l’extension nécessite des modifications ou des ajouts aux infrastructures publiques, pour l’électricité, le gaz, l’eau ou l’assainissement.

Les finitions intérieures, qui peuvent être considérées à part des travaux d’extension : l’entreprise peut, selon votre souhait et votre budget, livrer uniquement la structure de gros-œuvre, s’occuper de l’isolation, des revêtements de sol, de la peinture, voire même des armoires de cuisine, des appareils électroménagers ou encore, des installations sanitaires.

Bien des facteurs influencent donc le prix de travaux d’extension, mais nous pouvons relever que pour une extension de maison de 20 m², des fourchettes de prix assez larges semblent fiables, lorsque le projet est livré clé en main et à base d’un matériau en particulier :

Charpente bois : entre 40 000 € et 76 000 € TTC.

Charpente métallique : entre 40 000 € et 80 000 € TTC.

Parpaings : entre 36 000 € et 76 000 € TTC.

Ces ordres de prix restent bien entendu purement indicatifs, et dépendront de votre manière de procéder et de votre niveau d’exigence.

Quelques points d’attention

Vouloir gagner en superficie habitable est un noble projet, qui doit toutefois être bien pensé pour ne pas nuire par ailleurs à la construction ou à ses habitants. Voici quelques points d’attention.

Ne pas négliger le voisinage

Qui dit extension, dit maison plus imposante. Lors d’un agrandissement de plain-pied, pensez toujours à évaluer la distance de la nouvelle construction par rapport à la propriété voisine. Les exigences légales doivent être respectées, mais le bon sens doit également intervenir en fonction du contexte, si vous désirez conserver de bons rapports de voisinage.

Lorsqu’une surélévation est de mise, gare à l’ombre que vous pourriez faire à l’habitation voisine ou à son jardin également. Le résultat pourrait ne pas être au goût de vos voisins.

Veiller à la performance énergétique

Par ailleurs, il serait dommage que l’extension de la maison vous fasse perdre une place sur la notation du DPE. L’extension doit être isolée lorsqu’elle est bâtie en dur et s’il s’agit de surfaces vitrées comme une véranda, il convient de ne pas ouvrir complètement la maison sur cet espace qui restera froid en hiver.

Attention aux fondations !

Pour toute extension, qu’elle soit de plain-pied ou en surélévation, il faut vous assurer que l’existant puisse en supporter le poids : les fondations de la maison, ou le terrain sur lequel elle prendra place.

Des travaux d’extension de maison demandent une fine analyse à chaque étape de leur déroulement. Le confort gagné et la plus-value espérée doivent, pour être optimisés, résulter d’un plan efficace. Dans cette optique, les professionnels qui vous accompagneront finiront généralement par vous faire gagner de l’argent au lieu de vous en coûter !

Vous souhaitez vous lancer dans des travaux de rénovation ?

Estimez votre projet et recevez un devis dans un délai de 48 heures.

Découvrez nos réalisations :