Devis de surélévation : comment le demander et pour quel prix ?

Si votre habitation devient trop petite pour vos besoins ou envies, votre premier réflexe sera possiblement de songer à déménager. Pourtant, des solutions existent pour gagner de l’espace, comme la surélévation. 

Projet délicat techniquement, une surélévation demande une réflexion globale sur l’état et le devenir du bien immobilier, et la sollicitation de devis qui tiendront compte de tous les aspects réels du projet : quel ouvrage installer ? Comment s’insèrera-t-il dans l’existant ? Celui-ci est-il suffisamment solide pour supporter un étage supplémentaire ? Jusqu’où ira la mission de l’entreprise ? A quel coût s’attendre ?

Retour sur les tenants et aboutissants de la surélévation, qui doivent vous guider pour toute demande de devis auprès d’une entreprise de bâtiment.

Une surélévation de maison, c’est quoi ?

Surélever une habitation consiste à lui faire gagner de l’espace habitable, à un niveau qui en était auparavant dépourvu. Il peut s’agir de créer un étage entier en surélevant la toiture, d’ajouter une pièce au-dessus d’une partie de la maison ou du garage ou encore, de modifier la pente de la toiture pour rendre les combles habitables. 

L’avantage d’une surélévation est d’éviter d’agrandir la superficie habitable en empiétant sur le terrain lorsqu’il y en a un. En zone urbaine, elle constitue souvent le seul moyen de gagner des mètres carrés. 

Pourquoi surélever mon habitation ?

Demander un devis de surélévation répond à un objectif précis, sur lequel il convient de prendre du recul. En effet, les motivations influeront directement sur les choix à faire au moment de contacter un professionnel, quant à la forme de la surélévation, la nécessité de bénéficier ou non d’une isolation performante, de la luminosité attendue, etc. Le type de pièce qui y prendra place est également une donnée essentielle : une pièce d’eau ne requerra pas le même traitement qu’une salle de jeux par exemple. 

3 raisons principales poussent à engager un projet de surélévation : 

Gagner en confort

Il peut d’abord être question d’augmenter le niveau de confort de son habitation par un gain de superficie des espaces existants. Une surélévation peut alors, pour exemple, permettre la création de chambres au nouvel étage en vue d’agrandir l’espace de vie à l’étage inférieur. 

Le confort peut également être visuel, notamment en ville : un étage plus élevé permettra de gagner une vue plus agréable et dégagée – pourquoi pas sur un monument ou autre atout culturel de la zone !

Créer un nouvel espace pour un besoin spécifique

La création de nouvelles pièces peut également permettre d’éviter un déménagement, lorsqu’une chambre supplémentaire devient nécessaire à l’arrivée d’un enfant, ou que l’habitation manque d’une pièce dédiée à une activité particulière : salle de jeux, création artistique, etc. 

Après avoir vécu un certain temps dans un quartier, y avoir développé un réseau social et pris des habitudes, un déménagement est souvent vécu comme une contrainte. La surélévation permet alors de palier les manques, sans risquer de quitter le secteur et de bénéficier d’un environnement potentiellement moins agréable.

Augmenter la valeur vénale de la maison

Enfin, créer de l’espace supplémentaire confère évidemment une valeur plus importante au bien immobilier sur le marché. Et au-delà du prix au mètre carré, il peut également être question de proposer des prestations supérieures et de créer un bien « coup de cœur » justifiant une hausse importante du prix de vente. 

S’interroger sur ses motivations préalablement au devis permet de lui faire valider les choix et de bénéficier de ses conseils en tant que professionnel, pour que le projet réponde bien à toutes les attentes formulées. Dans un idéal, un accompagnant de type ingénieur travaux, indépendant de toute entreprise de bâtiment contactée, permettra d’optimiser le projet de surélévation sur ses aspects techniques, de praticité et même de coût. 

Les choix préalables à la demande d’un devis de surélévation

Bien demander un devis, c’est aussi être au clair quant aux éléments que l’on souhaite y retrouver. Contacter une entreprise pour faire chiffrer une mission suppose que le projet a bien été pensé au préalable, et sa faisabilité validée par un architecte et un ingénieur travaux. 

Quelle forme pour votre surélévation ?

Votre surélévation a évidemment pour but de gagner des mètres carrés habitables, sans empiéter sur votre surface extérieure si vous en possédez une. Il n’est pas toujours utile de surélever un étage entier, pour répondre à votre besoin. Aussi, votre projet pourra concerner : 

  • Un agrandissement total, permettant la création d’un véritable étage supplémentaire. Il implique généralement de surélever la charpente et la toiture, en vue de transformer les combles en véritables pièces, avec une hauteur sous plafond équivalente à celle des étages inférieurs. Si ce type de projet reste le plus intéressant notamment pour accroître la valeur du bien immobilier comme votre confort, il sera également le plus coûteux. 
  • Une surélévation partielle, dont la teneur est à décider en fonction de l’architecture du bien. Il est courant de créer une nouvelle pièce au-dessus du garage notamment, ou de surélever une partie du toit et d’y adjoindre une terrasse attenante. Ce type de surélévation peut répondre à un besoin précis, comme la création d’une pièce dédiée à une activité particulière, ou d’une chambre destinée à accueillir un nouvel enfant. Son coût est par ailleurs limité. 
  • Un ajout sur toiture plate, qui facilite grandement la surélévation dans la mesure où la structure existante peut en supporter la charge. 

Quels matériaux choisir ?

Une fois l’idée de surélévation définie, reste à choisir les matériaux qui vont la composer. Chaque possibilité apporte ses avantages et inconvénients, et ce sera une question de goût mais aussi de coût !

  • L’ossature bois, très utilisée, présente plusieurs avantages : son coût, sa modularité et la bonne isolation offerte par ce matériau par ailleurs écologique. Ajoutons qu’il est léger et peut plus facilement s’intégrer à une construction existante sans la fragiliser, outre la praticité pour l’installer en hauteur. Il conviendra de recouvrir cette ossature d’un bardage qui peut être en bois, ou composite pour une meilleure tenue esthétique dans le temps et un nettoyage très facile.
  • Le parpaing, on ne peut plus traditionnel, peut permettre de fondre la surélévation dans le bâti en appliquant un enduit et une peinture homogène ensuite. La maison s’en trouve entièrement transformée, comme si elle avait toujours été plus spacieuse. Attention cependant au poids du béton qui, pour une surélévation, risque de fragiliser l’étage inférieur et jusqu’aux fondations : le tout doit généralement être renforcé. Le temps de séchage également, d’un mois environ, peut en rebuter certains. 
  • Le béton cellulaire est une bonne alternative au parpaing : plus léger, très isolant et limitant ainsi la nécessité d’isolation complémentaire pour un gain de superficie, il permet de créer un nouvel étage en tenant compte des nouvelles normes thermiques. Son coût sera en revanche supérieur à celui d’un parpaing classique. 
  • L’acier enfin, sera plutôt de mise pour les surélévations sous la forme d’une verrière industrielle ou d’une serre. L’idée est généralement appliquée sur une toiture plate mais attention, l’isolation inexistante de cette option rendra l’espace difficile à vivre, dans le froid ou la chaleur estivale. 

Avec ou sans les finitions ?

La mission confiée au prestataire de service en bâtiment peut concerner la remise clé en main d’une surélévation aménagée ou au contraire, s’arrêter à des stades bien précis. 

  1. La surélévation peut ainsi être livrée hors d’eau et hors d’air : elle sera munie de murs et de sa toiture, et hermétique à l’air grâce aux menuiseries installées. C’est certainement l’option la moins onéreuse, mais un travail conséquent reste à la charge du maître d’ouvrage avant de pouvoir profiter de la surface gagnée. 
  2. En allant plus loin, l’entreprise peut s’occuper de l’isolation en complément, avec ou sans intégration des passages de fluides et avec ou sans pose des revêtements muraux. Nous pouvons appeler ce stade le « prêt à finir ». Le gros-œuvre est alors terminé et il reste au client à procéder aux finitions de second-œuvre, de manière plus ou moins large. 
  3. Enfin, la surélévation peut être livrée clé en main, aménagement intérieur compris : cloisons, menuiseries intérieures, voire équipements sont alors installés. 

L’impact principal du choix est évidemment financier, et le prix d’une surélévation peut alors varier du simple au double, voire davantage.

Quel prix pour une surélévation ? 

Venons-en donc au nerf de la guerre : le coût. A l’instar des autres travaux, il est impossible de donner une tarification exacte. Outre les éléments susmentionnés, non seulement le prix au mètre carré dépendra de la politique tarifaire de l’artisan contacté, mais chaque surélévation reste plutôt unique dans son contexte et dans les moyens à mettre en œuvre pour la réaliser. 

La nature du bâtiment, du sol qui le supporte et des matériaux déjà présents notamment, sont des facteurs qui vont impacter la construction de la surélévation. Celle-ci peut par ailleurs concerner un étage complet comme une partie seulement, et il sera aussi question d’intégrer le nouvel espace dans la bâtisse existante – techniquement et esthétiquement. 

Pour indiquer une fourchette large, il est constaté au niveau national un prix pour une surélévation variant entre 1 800 € et 4 000 € du mètre carré. En décomposant quelque peu : 

  • Une surélévation sans aménagement pourra coûter entre 1 800 € et 2 500 € du m² ;
  • Avec aménagement, le prix pourra grimper de 2 500 € à 4 000 € ;
  • Bémol lorsqu’il s’agit de modifier la pente d’une toiture : de 900 € à 1 500 €.

Quelques conseils utiles

Si vous envisagez une surélévation, gardez à l’esprit certains éléments qui pourront optimiser votre projet ou au contraire, vous encourager à patienter. 

Surélever, au bon moment

Une surélévation inclut dans tous les cas la dépose de tout ou partie de la toiture : elle sera idéalement prévue lorsque celle-ci sera à remplacer. Il est bien sûr possible de remettre en place la même couverture si elle est récente, mais autant optimiser les coûts de main-d’œuvre en procédant aux deux projets en même temps.

Il en va de même pour la façade : prévoir de surélever avant un ravalement est une évidence incontestable.

Poser des panneaux photovoltaïques 

Par ailleurs, la surélévation peut être l’occasion d’inclure dans sa toiture des équipements de production d’énergie tels que des panneaux photovoltaïques : les aides allouées pour ce type d’installation en réduiront le coût.

Bénéficier d’aides à la rénovation

Si les travaux incluent la pose d’éléments isolants ou de menuiseries concourant à améliorer la notation sur le DPE du bien dans son ensemble, des aides peuvent être obtenues. Pour postuler, inscrivez-vous (avant toute demande de devis attention !) sur le site d’un fournisseur d’énergie pour bénéficier des subventions liées aux CEE (Certificats d’Economies d’Energie), inscrivez-vous auprès du dispositif Ma Prime Rénov’, et contactez votre mairie pour découvrir les potentielles aides locales.

Ne pas oublier les démarches légales

Avant de lancer les travaux, n’oubliez surtout pas de déposer un permis de construire, généralement de mise, ou de procéder le cas échéant à une déclaration préalable de travaux. Tout manquement peut vous exposer à une amende, voire à l’obligation de détruire l’ouvrage créé ! 

Par ailleurs, une taxe sera appliquée en fonction du gain d’espace que vous devrez déclarer à votre mairie. 

Agir, bien accompagné

Enfin, une surélévation n’est jamais anodine pour une construction. Même si vous faites appel à un architecte, il est fortement conseillé de contacter en amont un ingénieur travaux, à-même de garantir que le projet est viable ou de proposer les modifications nécessaires. Ce professionnel, exempt de toute prise d’intérêt avec l’entreprise qui réalisera les travaux, sera en outre un atout de taille pour négocier les prix et suivre le chantier pour une parfaite réalisation. 

Au vu des sommes importantes engagées, mieux vaut prévenir toute déception ou toute malfaçon : si l’ouvrage est garanti, la perte de temps et de moral n’en reste pas moins réelle.

Vous souhaitez vous lancer dans des travaux de rénovation ?

Estimez votre projet et recevez un devis dans un délai de 48 heures.

Découvrez nos réalisations :